Recherche

journal intime universel

Camille Becquet

Mois

mars 2015

Kinorama

Il devait avoir douze ou treize ans, il venait de voir ce film où elle tenait le premier rôle, elle avait son âge. Il en était tombé instantanément amoureux.

Il avait lu le nom du scénariste sur l’affiche, il lui avait écrit. Probablement étonné de recevoir un courrier d’un si jeune spectateur, celui-ci l’avait invité à le rencontrer. Il y est allé. Dans son appartement parisien, la jeune actrice était présente, avec sa mère et une réalisatrice célèbre. Il n’a pas osé lui parler. Son hôte, par contre, lui dit plus tard qu’il avait tapé dans l’oeil de la cinéaste, elle songeait à lui pour le premier rôle de son prochain film, avec celle qu’il aimait aussi.

La maman de la jeune actrice le convia même à son récital à l’Olympia. En plein concert, elle descendit de scène et passa parmi le public tout en continuant sa chanson. Elle l’aperçut, vint jusqu’à lui et le serra dans ses bras.

Malheureusement, le film, son film à lui ne se fit que dans sa tête. La cinéaste confia le rôle titre à son fils et il n’obtint qu’une prestation de figurant. C’est lui, l’ado qui boude dans son coin pendant la fête. On voit dans le film même, toute sa déception et son amertume, brièvement.

Dans la voiture de la réalisatrice qui le raccompagnait à la gare, il ne décrocha pas un mot en l’écoutant lui dire que depuis le début, elle avait écrit le scénario pour son fils mais elle ne le savait pas. Ce fils, à ses côtés, ne savourait même pas sa chance, ne parlant que de jeux vidéo, il le trouva gâté,  pourri, capricieux, illégitime.

Kinorama

La gueule de mon Robby en Lego ! Faut vraiment avoir huit ans pour se satisfaire d’une ressemblance aussi approximative. Et même, si je suis vraiment honnête avec moi-même, il n’a rien à voir avec l’original. Peu importe, je refais l’aventure du film d’hier soir avec ma cousine qui ne l’a pas vu, alors autant dire que ma construction maladroite fait bien l’affaire, ce n’est pas elle qui va faire une réflexion. D’autant qu’elle s’en fout un peu de mon enthousiasme cinéphile et de ma planète interdite, elle veut bien jouer aux robots et à la guerre galactique, du moment que je lui explique comment on peut construire une machine capable de répliquer toutes les robes que tu as en tête en un clic.

Adolescente

Elle demande : “Tu as déjà vu un mort ?”

“Oui, quelqu’un est mort dans mes bras.”

Ça en impose, ça. Tout juste si elle ne me regarde pas comme une actrice de cinéma. J’attends qu’elle me demande maintenant “T’as déjà tué quelqu’un ?”.

Journal intime universel

Je vous présente mon journal. Je l’ai agrémenté de photos, personnelles on non, on ne saura jamais. Mon journal intime universel pour 5 euros par Paypal, que dire d’autre à part qu’il est super joli ! Il suffit de me laisser un commentaire et je vous donne mon adresse mail.

Adolescente

Au fil des années, les injonctions fleurissent à la porte de la chambre de l’adolescente. “Frapper avant d’entrer” devient “Ne pas rentrer”.

L’adolescente s’indigne que le “mois du sourire” affiché sur la vitrine de l’assureur d’en face dure depuis des années. Plains-toi Gribouille, c’est toujours mieux que le “mois  du boudin”.

Lorsque mes enfants me demandent, tête bêche et pattes en l’air si je sais faire ça, je réponds toujours oui. Et ensuite j’ai mal au dos.

Disco Novo

Je n’ose pas faire « Youhouhou » dans les concerts. Je n’aime pas me mettre tout devant j’ai peur que le chanteur me voit. J’attends toujours qu’un idiot applaudisse trop tôt avant moi. Je n’aime pas l’odeur de soupe moulinée aux légumes dans les salles. Je n’aime pas être à côté du bar sauf si je m’ennuie. Je n’aime pas ceux qui chantent plus fort et moins bien que celui que je suis venue écouter. J’essaie toujours d’en deviner un peu plus sur la vie de mes voisins de spectacle. Je préfère mal assis que debout alors que chez moi je préfère le contraire. Je repère ceux qui rejoignent des connaissances pour doubler dans la file. Je trouve rarement ceux qui contrôlent les billets sympathiques. J’angoisse toujours quand on cherche mon nom sur la liste.

Pourquoi faut-il que le plus grand avec la crottiche sur la tête se mette toujours devant la scène ?

Mal branlés

C’est ce truc invraisemblable des oiseaux qui ne chantent plus. C’est pas possible cette histoire de volatiles muets. Du coup ça me réveille. Leur silence me tire du sommeil. A cinq heures, je guette les tchips et les pîps. Le monde ne tourne pas rond, je le sens. Ma meilleure amie d’ailleurs a croisé trois fois Michel dans la rue hier. Cela fait un mois que Michel est mort. Ligne 2, 9 heures du matin, une femme chante “la vie en lose”.

Mal branlés

Tous les ans c’est la même chanson. Je guette l’arrivée du printemps. Savoir à quelle sauce je vais être mangée. Mon nez est un indicateur assez fiable, pour ça on peut dire que j’ai du flair. Sinon le chant des oiseaux. L’annonce du renouveau se fait par leur intermédiaire. Un barouf du tonnerre vers 4-5 heures du matin, du piou-piou en rut à gogo et vazy que mon ramage se rapporte à ton plumage. Pas moyen de dormir pendant des semaines rapport au raffut des piafs. Cette année, rien. A peine un tchip par ci par là, du cui-cui de décibel soporifique. C’est quoi cette affaire ? Il est où mon printemps morveux ? C’est bientôt la fin des oiseaux ? La fin du monde ?

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑