Ma copine C. affirme avec aplomb que tous les dessinateurs de bande dessinée sont laids. Je ne peux pas lui donner complètement tort. Le dessinateur de bd a un potentiel sexy proche du poireau. Qu’ils sont ennuyeux avec leur petite gogomme, leur porte-mine 0,5, leurs bics, leurs rotrings, leur science-fiction, leur obsession pour les jeunes nageuses en piscine, leur mise en abyme de leur alter-ego rongé d’amertume.

Leur vie en petites cases.