Il est nouveau dans le cours de cette année. Il n’est pas beau, il est même un peu trop gros, mais je suis hypnotisée par lui, obsédée. Chaque semaine, je le regarde peindre avec envie, je caresse ses pinceaux et ses crayons avec convoitise. Je m’aperçois que d’autres plaisent, je découvre les tourments d’une actrice vieillissante. Il dessine comme un dieu. C’est la première fois que je jalouse le talent d’un autre.