Au printemps, quoi de plus heureux que de se promener le nez levé, humant l’air chargé de douce tiédeur. Mais plus jamais aucun printemps ne sera léger dorénavant, la génétique se rappelle à moi, m’imposant maintenant le port du mouchoir obligatoire. Les arbres me font pleurer désormais.