Croisière

Liz avait l’habitude de croiser Alfred tous les matins à la même heure. A 7h36, juste avant de se rendre tous deux à leur travail, ils se rencontraient dans le haut de la rue du Général de Lattre puis cheminaient ensemble, souriants. Ils s’arrêtaient brièvement devant la boutique du brocanteur, ils commentaient les articles de la vitrine et tout devenait prétexte à effleurer l’épaule de l’autre. Liz se penchait légèrement en riant et respirant son eau de toilette, désignant cet affreux voilier tout en dorures kitsch aux dimensions gigantesques. “Qui pourrait bien avoir envie d’acheter cette horreur ?” plaisanta-t-elle.

Alfred offrit le voilier à Liz pour son anniversaire, bravant le ridicule de son cadeau devant le regard outragé des convives.