Les biches

Il aimait que cette fille lui raconte ses malheurs, son enfance difficile, ses souvenirs douloureux. Il aimait qu’elle pleure sur son épaule, qu’elle épanche son chagrin dans son oreille et qu’il la console dans ses bras chauds et rassurants. Puis il trouva ses plaintes envahissantes et surjouées, se lassa de ses pleurs, la considéra comme ordinaire après tout, oublia de lui écrire, ne répondit plus à ses messages.

Vint une autre fille blessée. Elle avait des cicatrices inédites. Ils correspondirent, il la trouva attendrissante, fragile, perdue, il eut à nouveau envie de jouer au confident. Elle pleura, il consola.

Puis, quand il eut mordu à l’hameçon, ferré, elle lui cracha au visage et devant son air stupéfait, elle lui dit : “De la part de ma soeur.”