Je suis souvent émerveillée au-delà du raisonnable par la faculté d’adaptation, la vivacité d’esprit, le raisonnement mature de mes enfants, mais je n’en dis rien. Je dis : c’est quoi encore cette faute d’orthographe ?