Dans les bassins on trouve des petites filles surexcitées ou affolées, des femmes âgées aux corps parfois disgracieux, corpulents ou secs, loin de toute séduction, des nageuses rapides athlétiques. Mais pas l’ombre d’une adolescente. Elles sont terrées dans leurs chambres, tentant d’apprivoiser ces hormones dérangeantes. A réfléchir à un port de bonnet de bain qui ne serait pas ridicule.