C’est ma faute, j’ai importé la maladie à la maison. J’ai monté la bicyclette, fraîchement acquise, dans l’appartement et j’ai dit : “Je vous présente Véro le vélo.”

Que n’avais-je fait !

Depuis la demeure est envahie de prénoms. Nous avons mangé Thierry le riz et André le taboulé, Juliette la serviette sur les genoux et Pierre le lierre sur la table.

Y a du monde dans la place.