Ici le vélo est roi. Au début cela surprend, on fait n’importe quoi. On fait poireauter des gens qui vous laissent passer, pensant qu’ils attendent de pouvoir vous écraser.

Eric dit qu’à Berlin, le vélo est toujours prioritaire, SAUF si l’on croise un Turc en Mercedes ou un plouc de l’Est. A Paris c’est si l’on croise n’importe qui dans n’importe quel véhicule.