Le nombre de fois où je dois ôter de mes souliers les petits gravillons qui s’y sont glissés me fait penser que le bitume est loin d’avoir envahi cette ville.