Un incendie. Un rez-de-chaussée calciné. Tout un fatras noirci en vrac sur le trottoir, des bribes, des bouts, des trucs, de la suie et du charbon. Et cette petite fille affairée, sérieuse, concentrée, qui farfouille dans cet amas et extirpe cérémonieusement quelques livres un peu jaunis qu’elle expose ensuite sur le parvis au-dessus d’elle. Arte povera.