Recherche

journal intime universel

Camille Becquet

Mois

février 2016

Mal branlés

Ayé. Déclaration officielle du printemps par les pious pious des oiseaux qui draguent matinalement, annonçant par ailleurs la reprise des petits mouchoirs. Atchoums et pleurs prévus fort bientôt.

Prénom

Vincent me présente son ami Riton. C’est chouette, lui dis-je, c’est aussi le nom de mon chat. Vincent précise que mon Riton est sauvage. Sauvage, oui, mais affectueux. Riton trouve que cela le définit assez bien aussi.

Patronyme

En revoyant Tchao Pantin, je me faisais la réflexion que ce dealer à la petite semaine n’avait vraiment pas la tête à s’appeler Youssef Ben Soussan, mais bien Richard Anconina. Youssef, il n’aurait pas été avalé par un manteau en poils de chameau d’où sortirait une petite voix aigrelette et énervée réclamant le chef de service de chez Habitat.

Patronyme

Dans la classe du comptable, une élève porte le nom de Dieu. Rien de moins. Je ne sais si c’est l’école de la République qui fout le camp ou un problème de signe ostentatoire, mais Dieu vient d’être renvoyé.

Un peu d’explications

Au dos du gel douche « Pour homme » : parfum viril et sportif.

Effectivement, je ne corresponds à aucune de ces catégories.

Holidays

Hé quoi ? Des plantes dans la rue, un matelas pour dormir. Que faire, si la rue adjacente se met à ressembler à Stockholm ou à Berlin ?…

Animals

Cat-sitters in Stockholm

On ouvre la porte et, bien qu’on soit prévenu, on remarque son absence. Elle n’est pas sur son fauteuil préféré, elle ne nous accueille pas avec son bruit de trompette et son sillage de poils, sa patte leste. Sur la liste des recommandations, le paragraphe qui la concerne n’a pas encore été effacé. Je suis surprise de découvrir qu’elle aimait bien être secouée (mais pas longtemps). Qu’elle aurait bien aimé aussi se faire la malle. C’est sûr, cette fois-ci Bidou est partie pour de bon.

Un peu d’art…

J’ai également aidé le comptable pour son devoir d’arts plastiques. J’ai eu une très mauvaise note. Tout juste si la prof n’a pas dit que c’était un travail bâclé.J’y ai passé deux jours. Je sens que je ne vais pas avoir le brevet.

Un peu de poésie

J’ai beau pester souvent contre la poésie, parfois il faut bien en passer par là. La semaine dernière, le comptable et moi, on a eu la meilleure note de la classe. Ben oui, j’ai aidé. Ça compte. Pas peu fiers. Cependant la prof de français a corrigé.

« Bébé pleure. Maman console. »

Non, écrit-elle :

« Bébé pleure. Maman le console. »

Les profs sont désolants. On vous demande de la poésie et on vous l’ôte là où elle se cache. Apprendre à construire avant que l’on vous octroie le droit de déconstruire.

 

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑