Cat-sitters in Stockholm

On ouvre la porte et, bien qu’on soit prévenu, on remarque son absence. Elle n’est pas sur son fauteuil préféré, elle ne nous accueille pas avec son bruit de trompette et son sillage de poils, sa patte leste. Sur la liste des recommandations, le paragraphe qui la concerne n’a pas encore été effacé. Je suis surprise de découvrir qu’elle aimait bien être secouée (mais pas longtemps). Qu’elle aurait bien aimé aussi se faire la malle. C’est sûr, cette fois-ci Bidou est partie pour de bon.