Je propose toujours au comptable de jeter ses vieilles peaux en un geste libérateur et grandiose, de mettre au panier les instruments de torture qui l’ont réparé pendant mois ou années. Le comptable garde tout, appareils dentaires et attelles, constituant le musée de son histoire personnelle.