Recherche

journal intime universel

Camille Becquet

Mois

octobre 2016

Snapshot – St Mandé

Acheté le 07.09.16

Une femme en blouse fleurie caresse sur un lit un caniche complaisant sous le portrait d’une femme qui semble nue. A gauche, un crucifix au mur.

(photo visible sur demande)

Une semaine au nouvel atelier

Pour compenser l’absence de chats, j’ai importé quelques petits amis empaillés. Dont un écureuil sans oreilles. Le monsieur sur le vide-grenier tenait absolument à me le vendre.

« Mais monsieur, il n’a pas d’oreilles ! »

« C’est deux euros. »

Voilà comment je me retrouve avec un écureuil sans oreilles.

Une semaine au nouvel atelier

Grosse culpabilité d’abandonner les chats afin de pouvoir goûter cette tranquillité nouvelle. Je pleure une fois au 7ème devant d’antiques clichés de greffiers pendant que les félins, au logis, s’en fichent pas mal.

Une semaine au nouvel atelier

Plus tôt, j’a transporté sur le porte-bagage de ma Véro un beau fauteuil en osier abandonné dans la rue. A mon passage, un petit garçon glisse à son copain : « Tu vois, c’est pour transporter son bébé. » Maintenant que j’ai installé mon bureau, je vois bien que le fauteuil en osier est de trop dans la nouvelle harmonie. On a l’impression qu’on vit à 4 dans cet atelier. Mais que faire ? Le remettre sur mon vélo pour y transporter un bébé ?

Une semaine au nouvel atelier

J’ai souvent espéré que les voisins descendent à la cave leur poussette qui prenait la poussière dans le cagibi afin que je puisse y glisser à la place mon vélo. Quand je les croisais, leurs enfants me semblaient bien grands. Mes souhaits ont traversé les murs, comme dit la chanson, j’ai dû rêver trop fort. Une semaine avant mon installation, disparition du véhicule. Le cagibi est mien, rien qu’à moi ! Depuis, je rentre ma Véro dans mon atelier, de peur de gêner, c’était bien la peine.

Snapshot – Mauerpark à Berlin

Acheté le 07.08.16

Un homme en marcel bleu porte à bout de bras dans un salon tapissé une chaise verte sur laquelle est assise une femme vêtue d’un jean gris taille haute et d’un pull de la même couleur, rayé de deux gris plus foncés. On devine que le couple s’embrasse mais leurs visages sont coupés au menton. L’homme a les cheveux plutôt longs. La photo est floue.

(photo visible sur demande)

Paname

The devil inside me

J’ai trouvé dans la rue, le journal intime d’une jeune fille qui comme moi, fait des listes. Des listes d’amis. Je me demande si comme moi, elle annonce toujours à une amie, que la meilleure amie, c’est une autre. Histoire de mettre un peu la pression.

 

Cambrousse en Auxois

Le fait d’avoir son prénom tatoué sur mon bras ne m’a obtenu aucune réduction chez cet exposant de vide-grenier. Sérieusement, qu’aurais-je pu faire de mieux ?

Cambrousse en Auxois

Que se passe-t-il dans la tête de quelqu’un qui se retrouve propriétaire d’une abbaye monumentale, de surcroît patrimoine mondial de l’humanité, hormis le fait que vous ressemblez à Jean d’Ormesson et Bernadette Chirac ?

Les moments les plus forts de la Messe en si mineur de Jean-Seb furent ceux survolés par le ballet des chauve-souris.

Je me demande pourquoi les rock stars font toujours l’effort d’apprendre les paroles de leurs chansons alors que le chanteur lyrique apporte son petit cahier.

 

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑