Ce qui surprend quand on prend l’avion, c’est le territoire vu du ciel. Tout ne semble constitué que de vastes forêts noires et de champs cultivés interminables, traversés de ci de là par de petites crottiches de villes. La citadine que je suis, curieusement, se rassure de cela. J’ai beau vouer un culte démesuré au film Blade Runer, je n’ai pas envie que le futur ressemble à cela.