Histoire dans les poches du vieux monsieur de l’ex maison du garde-barrière

« On en fait des bêtises quand on est petit, on ne se rend pas compte. Ma mère venait d’acheter des poussins. Une fois mis dans la cour, je suis allé chercher un tisonnier et je les ai tous dézingués. Ma mère m’a retourné une telle taloche que ma tête a cogné contre la table en zinc et je me suis ouvert l’arrête du nez. J’en porte encore la cicatrice. La leçon a porté ses fruits, aujourd’hui j’adore mes oiseaux et je suis triste quand une bête pénètre dans leur volière et m’en croque quelques uns. Je suis bien incapable de manger les oeufs de mes petites cailles, quand bien même ils ne sont pas fécondés. Ca ne passerait pas. »