A Paris-Photo, on ne croise que des gens de la haute. Comme le billet est très cher, le visiteur s’est mis sur son 31, pensant qu’à ce prix-là, il était reçu chez la Reine. Le galeriste n’est pas en reste, rendant lui aussi hommage à son public. Même mon amoureux se retourne sur eux, envieux de leur chic. Tout ce déballage d’habillage contraste avec les photos qui s’exposent. Mon œil adulte ne le remarquait plus, c’est ce petit garçon qui en fait la remarque à sa maman : « sur tous les stands, il y a quelqu’un tout nu. »