Mes chats portent divers surnoms, en fonction des facéties du jour. Telle, Hermione, ayant miaulé toute la nuit, est aussitôt renommée Mimi Geignarde (réf. Harry Potter pour les non lecteurs de l’oeuvre), Harry27 un jour qu’une pastille avec ce numéro se soit collée sous la patte du félin concerné, HarrycotNoir peut évoluer en HarrygrosNoir en période d’hibernation.

De même, mon père porte divers surnoms lors de nos séjours à Cambrousse sur Mer. Ayant déjà connu Spampy pour sa tendance à polluer nos boîtes mail, il porte aujourd’hui le doux sobriquet de Papy Pomme.

Deux chevaux l’attendent tous les jours dans le champ derrière sa maison pour la distribution de pain et pommes. Il faut les voir le guetter tandis que mon père ramasse les fruits tombés de l’arbre, une lueur gourmande dans les yeux, on les entendrait presque crier « Hé dépêche-toi, Papy Pomme ! » Et je crois bien que mon père, bien qu’il prétende que le grand dadais soit complètement fou, n’aime rien tant que leur porter ses fruits en douce.

Qu’ils en profitent, ces grands dadais, de Papy Pomme ! Ils ont la chance de ne pas connaître le côté obscur du bonhomme, surarmé, adepte de justice personnelle, le Dirty Harry de la Loire Atlantique.