A l’expo « L’œil de Baudelaire », un visiteur s’est plaint sur le Livre d’or de l’inexactitude de certaines notes. A la prétention de cet érudit, je préfère la question de ce facétieux : « Où est l’albatros ? »