Outre le fait qu’elle soit une arène Pokemon, l’église Notre-Dame de la Croix a célébré le mariage des protagonistes de l’Écume des jours (2013). Boris Vian s’est invité dans mon quartier sans l’avoir demandé. Georges Perec, par contre, a terminé en toute connaissance de cause, son film « L’homme qui dort »(1974) par un plan sur le panorama de Paris que l’on trouve en haut de ma rue. Georgie connaissait bien mon quartier puisque c’était le sien, aux premières années de sa vie. Je le découvre dans son livre « W ou le souvenir d’enfance ». Rue Vilin, je guette les numéros 1 et 24, les deux adresses mentionnées. Plus rien, tout a été détruit, remplacé par une assez vilaine résidence. Rue Vilin, bien obligé ! Pas une seule plaque, effacé le souvenir d’enfance, effacé Perec. Une Disparition.