Il me présente le fils du patron, un petit Paul que, provocateur, il renomme l’héritier. Balayant ainsi ses soeurs aînées à leur rang inférieur.