Agnès surnommait toujours Vladimir du délicieux sobriquet de Popy. Aucun rapport, mais je crois que la référence au petit singe farceur lui plaisait plus que celle à Vlad l’empaleur.