Nous tombons par hasard sur Alain, notre voisin parti fuir Paris et un chagrin d’amour, puis revenu fissa fuir l’ennui provincial. Nous a-t-il manqué ? A-t-on posé une plaque à son nom à l’entrée de l’immeuble ? Il est déçu d’apprendre que nous n’arborons, hélas, que l’enseigne du supermarché. Pour la peine, il écrira désormais des polars sous le pseudonyme d’Alan Lidl.