Le château

Il faut monter le petit escalier raide en pierres jusqu’en haut de la colline. Le lieu est inhabité depuis que le fantôme du Grand-Oncle Poivre y a pris ses quartiers. Il fait grincer les parquets, claquer les portes, tinter la vaisselle et agite les tentures. Parfois même, il s’amuse avec la robinetterie. Commence alors le spectacle des Grandes Eaux de Belleville qui s’écoulent par les fenêtres et vont rejoindre secrètement les canalisations du Canal de l’Ourcq, bientôt la Seine aussi. Ah, voilà donc le responsable des crues mémorables du fleuve parisien !