La maison cassée

Une maison qui ne tient plus qu’à une poutre, qu’on dirait qu’elle sort d’une comptine pirouettecacahuète avec sa grande cigarette. Je me sens privilégiée de n’avoir connu ni cambriolage ni incendie. Quelle sensation étrange de retrouver ses affaires en vrac sur le trottoir, mi-calcinées, mi-détrempées. Avec comme auditoire le public que se sert comme il préfère dans l’amas de vos souvenirs. Peut-être, dans le meilleur des cas, éprouve-t-on dans ce grand chambardement une catharsis inespérée ? Pour le moment, je continue de conserver mon petit bazar et je médite sur cette table rase par le feu.