Recherche

journal intime universel

Camille Becquet

Mois

novembre 2017

Reconnus

En arrivant dans la chambre d’hôte, notre logeur nous a confié qu’il venait de recevoir Jean-Pierre Marielle, et Dieu, qu’il l’avait gonflé !

Reconnus

Notre professeur de français d’hypokhâgne se gargarisait tous les jours d’avoir eu Claude Sérillon comme élève. Avant nous. Nous qui n’étions rien moins que de sinistres inconnus.

Reconnus

Nous avons attendu nos bagages très longtemps après l’arrivée de notre avion. Tout le monde avait récupéré ses valises, sauf nous trois. Lui et moi, et puis Charlotte Rampling. Nous patientions les uns à côté des autres, en prenant bien la peine de n’avoir pas l’air de la reconnaître, et elle de n’avoir pas l’air d’être célèbre, détachés, supérieurs, au-dessus de tout ça. Et sinon, Jean-Michel prend du bacon au petit déjeuner ?

Reconnus

Au mariage d’Elodie, l’invitée locale de renom était Edith Cresson, une amie de sa mère. Il n’était même pas 20 heures lorsqu’Elodie s’est écroulée sur une chaise, déjà fatiguée, confessant :  » Pfouh, qu’elle est pénible Edith ! »

Porté disparu 

Enlèvement de masse de joggers.

Reconnus

J’ai recroisé Bertrand Cantat quelques années après dans la bulle New-York des Indépendants du festival bd d’Angoulême. J’ignorais sa passion pour ce média, mais ce qui est certain, c’est qu’il faisait la queue pour le buffet gratuit offert par les acteurs alternatifs du 9ème art. Pas de petit profit.

Reconnus

Je me suis évanouie un peu avant la fin du concert. Je ne m’en souviens pas, c’est comme si on m’avait éteinte. Cependant je me rappelle de mon réveil un peu cotonneux dans la fraîcheur des loges où quelques techniciens attendaient que je me remette de mes émotions et la fin du set. Je me suis éclipsée juste avant le retour du groupe. Je n’en ai aucun regret, je n’aurais pas tant aimé féliciter un chanteur qui, des années plus tard, fit les gros titres en tuant sa compagne.

Reconnus

Audrey Marnay et moi nous sommes croisées dans la rue. Audrey habite près de chez moi. Normal, c’est chic et populaire. Un genre qui plaît à Audrey. Sauf qu’elle est tout sauf commune, Audrey, je dois être la seule à la reconnaître dans la rue, mais qu’est-ce qu’elle est chic ! Elle porte un camaïeu improbable de rouille/orangé. Elégantissime . L’air de dire, la mode et moi, on est potes. Audrey est chic et belle, elle le sait. On le voit un peu dans son regard.

Le caméléon en snap

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑