J’ai recroisé Bertrand Cantat quelques années après dans la bulle New-York des Indépendants du festival bd d’Angoulême. J’ignorais sa passion pour ce média, mais ce qui est certain, c’est qu’il faisait la queue pour le buffet gratuit offert par les acteurs alternatifs du 9ème art. Pas de petit profit.