Notre professeur de français d’hypokhâgne se gargarisait tous les jours d’avoir eu Claude Sérillon comme élève. Avant nous. Nous qui n’étions rien moins que de sinistres inconnus.