On appelle mon père le Dirty Harry de la Loire Atlantique. On pourrait tout aussi bien l’appeler le Vito Corleone. Il fait toujours aux voisins des offres que ceux-ci ne peuvent refuser.