Recherche

journal intime universel

Camille Becquet

Catégorie

autour d’un verre

Dimanche

J’ai rencontré le i de LGBTIQ+. Ni l’un ni l’autre, entre les deux. Beauté pure du haut de ses dix ans. Il.le tenait serré contre sa poitrine un ouvrage répondant à ses préoccupations : comment dessiner des choses mignonnes.

Autour d’un verre

C’est l’heure du bourgogne aligoté annuel avec Olivier. Il a perdu son sac à dos pendant son trajet Caen/Cherbourg (si vous vous demandez qui est l’idiot qui a laissé un colis supect dans votre transport en commun, ne cherchez plus), sa carte de réduction SNCF également. Tout à l’heure, il retourne au Quartier Général où il espère retrouver son manteau. Le lendemain, il m’appellera pour aller récupérer sa besace qu’il a oubliée au QG encore et ses bds chez Jürgen. Le nom du propriétaire du bar ? Il a un trou…

Oui je crois qu’Olivier a des trous dans la tête.

Autour d’un verre

Son ami tokyioite l’a emmené, comme le veut la tradition et les règles de la politesse japonaise, dans un excellent restaurant de tempuras. Le repas fut accompagné d’un délicieux saké qui fit rapidement effet sur sa frêle silhouette. Au moment de partir, il sentit l’ivresse lui tourner la tête en se relevant et le sol tanguer. Il confia à son hôte sa perte d’équilibre et s’en excusa. L’ami, plein d’indulgence sourit et le détrompa : “No, earthquake.”

Autour d’un verre

C’est l’heure du bourgogne aligoté annuel avec Olivier. Il vient d’être papa pour la deuxième fois, il s’amuse que je trouve le prénom du bébé d’un ami commun fan de bande dessinée au bout de trois essais. Olivier confesse avoir fait l’amour avec cinquante femmes, m’assure qu’il se souvient du prénom de chacune. Curieusement, il prétend que nous nous sommes rencontrés la premère fois chez Stéphane et qu’il est sorti le soir même avec la blonde. Je suis obligée de lui souffler son prénom. Décidément, je suis bonne en prénoms ce soir. Olivier et moi, nous avons les mêmes souvenirs mais pas dans le même ordre. Je suis certaine de l’avoir rencontré la première fois chez lui, avec Sandrine et son frère, nous avions parlé de “Toto le héros”, nous étions étonnés d’avoir vécu dans la même petite ville ouvrière ennuyeuse et de l’avoir découvert par le nom de la cafétéria du centre Leclerc. Mais je sais que j’ai raison, Olivier soutient que le premier album de Mendelson s’intitule “l’avenir est derrière”, moi “l’avenir est devant”. C’est évident que sa mémoire le trahit.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑