Recherche

journal intime universel

Camille Becquet

Catégorie

nager

Nager

« Vous venez habituellement ce jour-là ? Parce que là, c’est bondé… »

Je me demande si je n’ai pas affaire à une nageuse rapide qui tente de s’infiltrer. Pas sûr que je vais copiner et lui filer mon bon plan du mercredi.

Nager

2 lignes nageurs rapides (dits gros cons). 2 lignes baigneurs paisibles dont une dédiée à la brasse très très lente, aux mamies et nageurs nouvellement flottants.

Quant à la cinquième, on n’en parle pas. Personne n’y va. Elle est un peu tabou. Si un aventurier s’y est égaré, il en revient hagard, dans le regard une forme de vide ou de terreur muette, on ne sait pas, on n’ose pas poser la question. Il paraîtrait qu’on y trouve des adolescents.

Nager

Le nageur rapide est très pressé

Le nageur rapide est très sportif

Le nageur rapide est musclé

Le nageur rapide doit nager plus vite que les autres sinon il ne passe pas par la case départ et il ne reçoit pas les 20 000 euros.

Le nageur rapide est méprisant

« Dégage de là, baigneur paisible insignifiant qui patauge dans mon espace vital ! »

La nageuse rapide est méprisante aussi mais moins

La nageuse rapide est sournoise dans ses coups de latte, le nageur rapide est plus franc

Mais franc c’est douloureux

Nager

Il existe un peuple sur terre qu’il est nécessaire de parquer. On doit le confiner dans des espaces restreints, il est important que ces personnes ne se mélangent pas aux autres, ne se reproduisent pas, c’est un peuple dangereux pour le reste de l’humanité. Il arrive parfois qu’un individu s’échappe, semant terreur et désolation derrière lui. Le gros con de nageur rapide s’évade régulièrement de sa ligne et règne en despote sur les baigneurs paisibles.

Un jour promis, je nagerai paisiblement dans la ligne des nageurs rapides et je savourerai ma vengeance (oké oké, je sais que je devrai payer cher le prix de cette audace).

Nager

Je me fais immanquablement avoir toutes les semaines. Mon esprit divague, je pense à tout et n’importe quoi sauf au constat douloureux que ma ligne n’est pas infinie. Vient alors le moment cotonneux où on entend des otaries et les lumières vacillent. La bosse se rappelle ensuite à moi toutes les longueurs. Je freine donc systématiquement cinq mètres avant l’arrivée, me retrouvant bêtement à flotter à mi-chemin ou à pédaler lamentablement dans un mètre d’eau. Les maîtres nageurs doivent bien se marrer s’ils m’observent.

Nager

Parfois au croisement des lignes, les nageurs adverses se frôlent. Parfois même, une main agrippe la vôtre. Comme une soudaine déclaration d’amour secrète. Ou un encouragement. Tu tiens le bon bout, Simone !

Nager

Dans les bassins on trouve des petites filles surexcitées ou affolées, des femmes âgées aux corps parfois disgracieux, corpulents ou secs, loin de toute séduction, des nageuses rapides athlétiques. Mais pas l’ombre d’une adolescente. Elles sont terrées dans leurs chambres, tentant d’apprivoiser ces hormones dérangeantes. A réfléchir à un port de bonnet de bain qui ne serait pas ridicule.

Nager

Je me fais immanquablement avoir toutes les semaines. Mon esprit divague, je pense à tout et n’importe quoi sauf au constat douloureux que ma ligne n’est pas infinie. Vient alors le moment cotonneux où on entend des otaries et les lumières vacillent. La bosse se rappelle ensuite à moi toutes les longueurs. Je freine donc systématiquement cinq mètres avant l’arrivée, me retrouvant bêtement à flotter à mi-chemin ou à pédaler lamentablement dans un mètre d’eau. Les maîtres nageurs doivent bien se marrer s’ils m’observent.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑